Biodiversité et changements climatiques à la ferme

Rendez-vous dans le wagon restaurant du train reliant Bâle à Berne. Eric Wyss, directeur de GLOBE Suisse, nous livre un aperçu vivant des coulisses du projet qu’il coordonne « Champ de Savoirs ». Il ne reste guère de temps pour le café et les croissants...

Pour qu’une classe puisse démarrer un projet de recherche sur une exploitation agricole, GLOBE Suisse doit passablement œuvrer en amont : rechercher le lieu approprié, distant d’environ 30 minutes de l’école et atteignable en vélo ou en transports publics, préparer la famille d’accueil et désigner un chercheur ou une chercheuse d’une Haute école – spécialement formé-e-s – pour accompagner la classe.

L’enseignant-e introduit ensuite le projet en classe, puis organise conjointement avec la famille et l’accompagnant-e, la visite de l’exploitation. « Les agriculteurs sont dédommagés pour leurs dépenses, tandis que les chercheurs reçoivent un crédit ECTS », explique Eric Wyss, lui-même collaborateur durant vingt ans auprès de l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FIBL). Il ajoute : « Ce projet bénéficie d’un appui fort auprès de l’EPFZ, de la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse, du Forum biodiversité Suisse et du FIBL. Grâce à leur engagement cette prestation est gratuite pour les écoles. »

Sur le terrain, l’accompagnant-e guide les travaux d’investigation, auxquels participent également les agriculteurs, tandis que l’enseignant-e assure leur bon déroulement, en coordonnant activités et discussions. De retour en classe, les élèves analysent les données récoltées et mettent en forme les résultats qu'ils présenteront lors d’une restitution finale à l’exploitation. « Le dialogue est fondamental et constitue l’une des particularités de ce projet, outre le fait qu'il aborde des thèmes actuels, comme la biodiversité et les changements climatiques. La démarche donne également l'opportunité aux élèves d’expérimenter bien au-delà du projet. Car pour nombre d’entre eux, visiter une ferme constitue déjà une première ! »

Concernant l’acquisition de compétences, Eric Wyss entame alors une longue énumération : compétences méthodologiques et scientifiques, travail en groupe, discussions et interactions avec de vrais professionnels. Tout cela contribue au développement de la personnalité des élèves et de leurs compétences sociales. « Bien sûr, l’échange avec le monde agricole met aussi en en évidence des aspects économiques ou liés à la santé, en rapport direct avec l’encouragement de la biodiversité et l’abandon des pesticides » ajoute-t-il, terminant ainsi l'entretien par l'intégration d'une perspective EDD.
 

 
Des champs de recherche variés

Le projet s'intéresse à divers thèmes, comme la fertilité des sols, par la mesure de ses caractéristiques (humidité, PH, nutriments, vers de terre, micro-organismes), comme les fonctions de la biodiversité, par l'étude de la diversité des fleurs, par l'identification des parasites et auxiliaires des cultures ou par l'observation de la pollinisation, ou comme le lien entre la qualité des fourrages, la rumination et les changements climatiques. Les résultats obtenus sont partagés dans une base de données et peuvent ainsi être visualisés sur des cartes en ligne. Adapté aux élèves de la 5H au postobligatoire, ce projet n'est actuellement pas développé en Suisse romande. GLOBE Suisse propose toutefois de très nombreux documents pédagogiques à télécharger en français.

Lien : www.globe-swiss.ch/de/Zyklus1/Angebote/Landwirtschaft

      
Contact

Christoph Frommherz
Communication
tel +41 31 321 00 25
email