L'éducation en vue d'un développement durable écrit en gras !

 
 
La Freie Schule est une école privée de Winterthur. Elle est membre du Réseau Suisse des écoles en santé (RSES) et, depuis cette année, une éco-école. Près de 130 élèves fréquentent les classes de transition et du secondaire I. Son directeur Roger Frei affirme que la participation de tous est un important pilier, qui a fait ses preuves, pour favoriser l’éducation en vue d’un développement durable.

Roger Frei, quelles activités permettent à la Freie Schule d’être une école active promotion de la santé ?
La pomme à la pause est certainement le symbole le plus évident de ces préoccupations. Parallèlement à cela, nous essayons d'encourager le mouvement pendant les leçons et nous prêtons particulièrement attention à la santé mentale des élèves. Nous avons aussi institutionnalisé une culture régulière du feedback, nous prenons au sérieux les besoins et les demandes des élèves et nous encourageons leur participation. Grâce à des activités impliquant plusieurs classes, nous créons les conditions pour assurer un environnement dans lequel tous se sentent à l'aise.

Tout le monde peut apporter sa contribution, et la participation commence par de petites choses, dans la vie quotidienne.

Qu’est-ce qui a conduit la «Freie Schule» à devenir une éco-école ? Où voyez-vous la valeur ajoutée ?
La protection de l'environnement et le développement durable sont des valeurs qui nous ont toujours particulièrement tenu à cœur. L'affiliation au RSES a aussi contribué à cette prise de conscience. Nous voulions également renforcer l'enseignement des sciences naturelles dont l'objectif fondamental est le développement durable. Le projet «Umweltschule – Lernen und Handeln» (Eco-école : apprendre et agir) a créé les conditions idéales pour réunir ces valeurs et réaliser les synergies nécessaires à une école favorisant la santé.
 
Quels sont vos projets en cours ?
Deux projets étaient déjà en cours quand nous sommes devenus un éco-école. L’assainissement énergétique du bâtiment scolaire devrait être achevé à l'été 2015. Le projet « Aus alt wird neu » (Du neuf avec du vieux) se terminera en mai 2015 avec une semaine thématique. Les élèves participent activement à l'ensemble du processus. Il est également prévu que ce projet participe au concours «Klima-Landsgemeinde » (Etats-généraux du climat) organisé par la ville de Winterthur. Deux autres projets ont été élaborés par l'équipe «environnement» de l'école, composée d’enseignant-e-s, d’élèves et de parents. Nous voulons optimiser la gestion du papier à l'école par des mesures incitatives. L'argent économisé en consommant moins de papier doit être utilisé pour organiser un événement scolaire qui bénéficiera à tous. Avec le second projet, nous souhaitons améliorer l'offre culinaire pour les repas de midi, en tenant compte des critères du développement durable.

Comment expliquez-vous le vif intérêt de votre école pour les questions de société ?
La prise de conscience n’a pas eu lieu uniquement chez les enseignant-e-s, mais également chez les jeunes. Par exemple, l'intérêt pour une participation volontaire au sein de l'équipe «environnement» a été si grand que nous avons dû mener un processus de sélection pour choisir les quatre jeunes. Le fait que nos étudiants soient issus de milieux dont le niveau de formation est élevé peut également jouer un rôle.
 
Quelles sont les conditions qui permettent à une école de devenir une éco-école ?
Il faut un terrain fertile. En d'autres termes, il doit y avoir une ouverture et une sensibilisation à ces questions. Le soutien et l'accompagnement par la direction du projet «Umweltschulen – Lernen und Handeln» sont importants. Jusqu'à présent, tout s’est bien passé et nous n’avons dû surmonter que peu d’obstacles. Il est possible que le diable se cache dans les détails : par exemple, en ce qui concerne l'installation photovoltaïque que nous voudrions réaliser en même temps que l’assainissement du bâtiment scolaire. Des informations régulières et des objectifs réalistes ont certainement été déterminants dans la mise en œuvre de tous nos projets.

Que souhaiteriez-vous donner à vos élèves pour les accompagner dans leur vie ? 
De grands projets ne sont pas nécessaires. Tout le monde peut apporter sa contribution, et la participation commence par de petites choses, dans la vie quotidienne. Le projet de gestion du papier est un bon exemple. Dans ce contexte, nous, les enseignant-e-s, pouvons aussi servir d’exemple.

 

 

Contact

Christoph Frommherz
Communication
tel +41 31 321 00 25
email