«La réflexion de nos apprenant-e-s va au-delà de l’entreprise»

Dans l’entreprise Ernst Schweizer AG à Hedingen, visitée dernièrement par François Hollande, le développement durable est présent depuis près de 40 ans. Les liens et les interactions entre les aspects environnementaux, économiques, sociaux et sanitaires ne figurent pas seulement dans la charte de l’entreprise, mais sont vécus au quotidien. Xavier Nietlisbach, responsable de la formation professionnelle, explique de quelle manière les apprenant-e-s sont amenés à réfléchir au développement durable. 

Monsieur Nietlisbach, que faites-vous très concrètement en matière de développement durable dans la formation des apprenant-e-s ?
Pour pouvoir atteindre nos objectifs ambitieux en matière de soutenabilité, tout le monde doit tirer à la même corde. Cela se reflète dans tous les processus de l’entreprise et influence automatiquement aussi les apprenant-e-s. Parallèlement, nous organisons régulièrement des journées de formation. Dans l’atelier de l’avenir Zukunftswerkstatt à Cudrefin, nous avons notamment construit une façade sur le bâtiment du Centre. Lors du «Bluecamp», les organisations myclimate et myblueplanet ont sensibilisé les apprenant-e-s à différents thèmes de la durabilité dans le cadre d’un atelier consacré au climat et les ont préparés à réaliser des projets en groupes. C’est dans ce contexte qu’a été créé, entre autres, un livre de cuisine en accord avec le développement durable et qu’est née l’idée de recycler les bombes aérosol. Cette idée fait partie aujourd’hui du concept de l’entreprise concernant le traitement des déchets.

Comment les liens sont-ils établis entre l’environnement, la société et l’économie? La pensée systémique est-elle un thème présent? 
Ces liens sont ancrés dans notre charte et la pensée systémique est requise dans tous les processus de l’entreprise. Nous estimons très important que les apprenant-e-s ne se limitent pas à exécuter tel ou tel travail : ils doivent savoir pourquoi ils le font et pourquoi ils le font d’une manière bien précise. Ils doivent aussi connaître les réflexions qui ont eu lieu à l’étape précédente et connaître les besoins de l’étape suivante. Un mécanicien de production doit donc aussi avoir travaillé une fois au montage, ce que le plan d’études n’exige pas. 

Quelles sont les compétences importantes à vos yeux ?
Penser en termes d’interdépendances et comprendre l’enchaînement des processus également au-delà de l’entreprise sont des compétences importantes et nous les transmettons. Nos apprenant-e-s devraient être capables de se forger leur propre opinion et être prêts à assumer des responsabilités. Pendant la semaine consacrée à la sécurité en 2012, tout le personnel de l’entreprise Schweizer a été sensibilisé aux questions de sécurité. Ceci ne s’est pas fait par l’intervention d’expert-e-s externes de la SUVA, mais avec la participation des apprenant-e-s: ils ont conçu eux-mêmes des postes, de façon autonome, sur les différents thèmes qui avaient été fixés et leur démarche a été très bien accueillie.

Quelles seraient, à votre avis, les mesures de soutien importantes en faveur de l’éducation en vue du développement durable (EDD)?
Les projets pilotes sont un bon moyen dans le domaine de l’EDD. Le mieux, ce serait qu’ils puissent être développés de l’intérieur, en coopération avec l’économie, les écoles professionnelles et les associations professionnelles. Comme la mission formatrice au sein des entreprises prend déjà beaucoup de temps, l’EDD doit être mieux intégrée dans les plans de formation des écoles professionnelles et ne pas être simplement « posée » sur ce qui existe. Il est précieux aussi d’avoir des contacts avec d’autres personnes chargées de la formation professionnelle.

Interview complète (en allemand)

L'invité

 

 

 

   

 

Xavier Nietlisbach
Resp. Formation professionnelle

 
Liens

Projets réalisés dans le cadre de Bluecamp

Atelier pour le climat

Myblueplanet

Zukunftswerkstatt Cudrefin

 

Infos supplémentaires

L'EDD dans la formation professionnelle

Autres témoignages

 

Contact

Christoph Frommherz
Communication
tel +41 31 321 00 25
email