Se forger une opinion citoyenne


 
Pour plusieurs dizaines de milliers d’enfants, la scolarité a débuté il y a quelques semaines. Dans onze ans, ils quitteront l’école obligatoire, en ayant assisté à de nombreux événements politiques, parmi lesquels trois élections parlementaires fédérales. En ce début d’autonome électoral, Béatrice Ziegler a rencontré la rédaction de ventuno à Berne, au Käfigturm, le Forum politique de la Confédération.

Après la scolarité obligatoire, quel serait le bagage idéal des élèves en termes d’éducation à la citoyenneté? 
Ce serait avant tout qu’ils aient développé un intérêt pour la politique. Je pense aussi bien à la politique officielle, qu’elle soit fédérale, cantonale ou communale, qu’aux questions de société telles que : Comment gérer les conflits ? Comment négocier quand les intérêts des uns et des autres sont divergents ? Comment formuler des règles avec lesquelles chacun puisse vivre ? Voilà ce que les jeunes devraient apprendre. Il serait appréciable également qu’ils s’intéressent aux processus de négociation qui sont souvent tout sauf simples.

Comment formuler ce bagage en termes de compétences ?
L’éducation à la citoyenneté définit les compétences plus ou moins toujours de la même manière. Il y a une compétence qui se rapporte à l’action, une qui concerne l’argumentation et la capacité de décision et une autre est liée aux méthodes. Selon les modèles, il peut y avoir des différences, mais ce sont globalement ces trois aspects qui sont à favoriser. Les élèves doivent apprendre à raisonner en tant que citoyens, à se forger une opinion et à porter un jugement, de manière à pouvoir voter. Ces compétences leur donnent aussi les moyens de devenir acteurs et d’initier des choses par euxmêmes.

A quoi ressemble, dans la pratique, une bonne éducation à la citoyenneté? Comment la mettre en oeuvre dans l’enseignement?
Il faut partir du principe que pour les enseignantes et les enseignants, l’éducation à la citoyenneté n’est pas une chose aisée à mettre en place, car les espaces et le temps disponibles sont restreints. Mais il est tout de même possible, dans certaines disciplines, d’aborder la dimension politique du thème traité. Il est ainsi facile d’introduire des exemples durant les cours de français, où les élèves doivent entraîner leur capacité à argumenter. Cette capacité fait partie des compétences langagières comme de celles liées à l’éducation à la citoyenneté. Mais il est également possible de prévoir une journée ou une demi-journée thématique pour approfondir un sujet donné.

Comment puis-je, avec ma motivation d’enseignante ou d’enseignant, encourager cette éducation à l’échelon de toute l’école?
Pour qui souhaite prendre l’initiative d’une éducation à la citoyenneté plus étendue, il est indispensable d’en discuter avec la direction de l’école et avec les collègues. Il vaut certainement aussi la peine de s’informer sur ce que proposent les HEP. Ces discussions préalables permettent de cerner les besoins spécifiques de l’école en la matière.

Entretien complet

Contact

Ramon Martos 
Communication
tel +41 21 343 00 24
email