Education en vue d’un Développement Durable (EDD) | Le portail

Mystery sur l'eau virtuelle

Pourquoi le pêcheur Santyula ne peut-il plus nourrir sa famille si Nadine porte un T-shirt en coton d’origine ouzbèke?

Marianne Gujer, éducation21

éducation21 vient de produire le mystery « L’eau virtuelle à partir de l’exemple du coton ouzbek » pour traiter de la thématique de l’eau cachée, utilisée dans la fabrication de biens de consommation. Marianne Guyer, responsable du projet, nous éclaire sur les avantages de la méthode et les points forts de la production.

C’est quoi un mystery?
Le mystery est une forme d’enseignement qui encourage la pensée systémique. Cela s’appelle mystery parce que les élèves sont d’abord confrontés à une énigme. Pour résoudre cette énigme, ils doivent mettre en lien 20 à 30 cartes contenant des informations. Dans un mystery bien construit, il n’y a pas une solution unique, ce qui est particulièrement motivant.

Pourquoi avoir choisi cette méthode pour traiter de la problématique de l’eau virtuelle et la disparition de la mer d’Aral ?
Cette méthode permet de représenter de manière relativement claire des interdépendances complexes. A cet égard, elle est particulièrement adaptée pour montrer les liens entre la production de coton, la vie des pêcheurs sur la mer d’Aral, la consommation de vêtements chez nous et l’utilisation de pesticides. Le mystery permet de relier deux situations qui, d’un premier abord, n’ont rien à voir l’une avec l’autre (le pêcheur en mer d’Aral et une fillette qui achète un t-shirt) et d’établir en plus un lien avec le quotidien des apprenant-e-s.
 
Parallèlement, les élèves prennent connaissance de la consommation mondiale de l’eau et de la situation de la mer d’Aral. Ils apprennent aussi ce qu’est l’eau virtuelle, quelles informations se cachent sous la notion d’empreinte hydrique et quelles conséquences peuvent avoir les conflits liés à l’utilisation de l’eau.

En jouant ce jeu en classe, quels sont les compétences scolaires et EDD que les élèves vont pouvoir développer ?
Les élèves acquièrent de façon ludique des savoirs et des compétences méthodiques. Ils doivent comprendre les différentes informations, les mettre en ordre, les pondérer, les structurer et finalement les mettre en lien. Ils étudient les relations entre les informations et les groupes de cartes. Ils formulent des hypothèses et les vérifient. Tout cela se passe en petits groupes: les élèves apprennent à s’écouter les uns les autres et à discuter de leurs divergences d’opinion. Ils apprennent également à argumenter, afin de défendre leurs hypothèses dans le groupe. Finalement, ils doivent pourvoir résoudre l’énigme en utilisant une argumentation cohérente.

Quand peut-on utiliser la méthode du mystery ?
Cette méthode se prête particulièrement bien pour introduire un thème: cela permet, d’une part, de préciser une situation et, d’autre part, de se baser sur les connaissances existantes des élèves. Utilisée à la fin d’une unité d’enseignement, elle permet de consolider les acquis.