Pourquoi faut-il des paysages éducatifs ?

 

Un plus pour les écoles, les communes et les régions

Consolidation des offres existantes
Chaque paysage éducatif est unique. Il accorde une place centrale aux besoins spécifiques des enfants et des jeunes d’une école, d’une commune ou d’une région. Il accroît la visibilité des offres et des coopérations préexistantes et les relie entre elles; et là où des failles apparaissent, elles sont comblées par des mesures appropriées. Comme tous les intéressés coopèrent étroitement, un tel réseau permet de développer la qualité de la formation. Elle devient alors un atout et renforce les écoles, les communes ou les régions.

Promotion d’un développement durable
La collaboration systématique de tous les acteurs de la formation se fonde sur des visées communes : des chances équitables et la promotion de compétences pour l’avenir. La collaboration dans un cadre donné – école, commune ou région – aide à atteindre ces visées et favorise un développement durable. L’étude qui a suivi le projet, réalisée par l’IBB (2019)1 , a constaté une participation plus élevée de la population locale dans les paysages éducatifs. Les enfants et les jeunes d’aujourd’hui façonnent leur environnement dans le sens d’un développement durable.

Amélioration du système de formation au niveau local
Une formation dite globale ne se limite pas à l’école mais est favorisée et soutenue par la collectivité. Tous les acteurs travaillent pour des objectifs communs et garantissent un réseautage étroit et ciblé de la pratique, de la politique et de l’administration. Ce changement de perspective ainsi que le changement au niveau des structures accroissent la qualité du système de formation local dans son ensemble.

Formation globale
Formation ne signifie pas seulement acquisition de connaissances de la part des enfants et des jeunes mais, surtout, développement de leur potentiel individuel et de leurs compétences. Tout cela ne se transmet pas que dans la formation scolaire formelle mais aussi par des offres non-formelles dans les clubs et les associations ainsi que par l’apprentissage informel quotidien dans la famille ou avec des amis. C’est la collaboration étroite de tous les acteurs qui permet une formation globale.

Un plus pour les enfants et les jeunes

Une plus grande équité des chances
Selon l’étude IBB (2019), les offres de formation existantes sont mieux harmonisées dans les paysages éducatifs et de nouvelles offres peuvent combler les lacunes existantes. Les offres ont une meilleure visibilité, si bien qu’elles peuvent être mieux utilisées par les enfants, les jeunes et les parents. L’accès à une formation offrant des chances équitables est ainsi amélioré.

Développement de compétences pour l’avenir
L’Education en vue d’un Développement Durable permet de construire des compétences clés pour répondre aux défis à venir. Dans un environnement formateur de ce type, les enfants et les jeunes évoluent de manière optimale pour devenir des personnes autonomes, inventives, dotées de capacités créatives et sociales, en mesure de participer à la construction d’une société apte à l’avenir.

Maîtriser les délicates étapes de transition
Les acteurs de tous les niveaux de formation collaborent entre eux en vue d’objectifs communs. Ils veillent à ce que le passage des enfants et des jeunes d’un niveau à l‘autre soit une réussite. En préparant soigneusement ces transitions et en accompagnant les enfants et les jeunes, ils leur facilitent un parcours de formation sans failles.

Intégration précoce des enfants défavorisés
Les lieux d’apprentissage préscolaires comme les crèches ou les haltes-jeux aident les enfants à réussir leur entrée à l’école. Quand les différents acteurs de la chaîne de formation coopèrent étroitement, il est possible de toucher avant l’entrée à l’école les enfants dont les conditions de départ sont peu favorables. Pour les enfants, les jeunes et les parents issus de la migration, les paysages éducatifs fournissent des offres d’intégration ciblées (IBB 2019).

Un plus pour les acteurs de la formation

Encouragement de l’apprentissage scolaire et extrascolaire
Les enfants et les jeunes n’ont pas besoin uniquement de connaissances de base et de qualifications spécifiques ; il leur faut aussi des compétences sociales et émotionnelles – c’est seulement ainsi qu’ils trouveront plus tard leur place dans leur environnement social et professionnel. Un paysage éducatif qui encourage de manière ciblée des offres extrascolaires permettant aux enfants et aux jeunes de s’approprier des compétences sociales et émotionnelles est également profitable à l’école.

Décharger le personnel enseignant
Les enseignant-e-s sont appelés à assumer de nouvelles tâches toujours plus nombreuses. Un réseau systématique bien coordonné aide le personnel enseignant par le fait que les offres de formation extrascolaires sont intégrées et plus facilement accessibles. L’IBB (2019) a constaté une amélioration de la coopération entre les acteurs scolaires et extrascolaires et une meilleure utilisation des effets de synergie. Les enfants et les jeunes acquièrent ainsi des compétences importantes, également hors de l’école, et leurs chances de formation s’en trouvent accrues : ceci décharge l’école et, de ce fait, le personnel enseignant.

1  Huber, S. G. et al (2019): Zusammenarbeit und Bildungsangebote in Bildungsnetzwerken - Entwick-lungen, Nutzen und Gelingensbedingungen. Kurzversion des Abschlussberichts zur Forschungs- und Evaluationsstudie des Programms «Bildungslandschaften Schweiz» (unterstützt durch die Jacobs Foundation). Zug: PH Zug. IBB Institut für Bildungsmanagement und Bildungsökonomie.

Contact

Lea Steinle
Responsable de projet
éducation21
tel +41 31 321 00 41
email